Nous suivre : facebook  twitter  myspace  Suivre la vie du site
  S'inscrire à la newsletter  

resto :: club :: concerts :: amour :: expos :: 16, rue Barbanègre Paris 19 - France

Accueil du site > Agenda > Vendredi 30 Janvier 2015

Vendredi 30 Janvier 2015

20H30 / Event Facebook : ici

Préventes à 6€ : ici / Sur Place : 8€ / Carte B Comme Club : ici


CENTENAIRE (clapping music / paris)

site internet

Somewhere Safe est le troisième album de Centenaire mais leur premier depuis le départ d’Orval Carlos Sibelius (parti poursuivre ses aventures solo avec le succès que l’on sait). Le désormais trio (Damien de My Jazzy Child, Stéphane alias Domotic et membre d’Egyptology, Aurélien) développe un son beaucoup plus sale et abrasif qu’auparavant, entre noise et krautrock, Sonic Youth et This Heat. Autrefois qualifié de "prog-folk" pour leur premier album en 2007, puis de "prog pop" à la sortie de The Enemy (2009), Centenaire pourrait bien se voir aujourd’hui affublé d’une étiquette "prog garage" qu’ils seraient bien les seuls à pouvoir revendiquer. Garage pour l’aspect primitif du son, gorgé de fuzz et de dissonances, et prog pour la sophistication des compositions, les accords bizarres et le lyrisme émouvant mais jamais surjoué qui émane des ces huit chansons envoutantes.

ORVAL CARLOS SIBELIUS (psyché pop / clapping music / paris)

joue "Les Rendez-Vous du Diable"

L’été dernier, répondant à une commande du Festival de la Rochelle, Orval Carlos Sibelius y donnait son premier ciné-concert. Le festival lui ayant donné carte blanche, Orval avait choisi de travailler sur "Les rendez-vous du diable", premier film de Haroun Tazieff (1959) et s’en expliquait ainsi :

« À ma connaissance, il existe peu de réalisateurs aussi aventureux (ou inconscients) pour oser s’approcher si près de l’abîme. Je pense au Werner Herzog quasi suicidaire de La Soufrière, s’en allant filmer le volcan guadeloupéen au bord de l’explosion, envisageant sereinement la possibilité de mourir non sans avoir au préalable enterré les bobines qu’il venait de tourner. Pas de romantisme chez Tazieff le scientifique, le but est d’abord de documenter les bouleversements géologiques de la planète, d’aller là où personne n’est jamais allé, de défricher cette terra incognita ignorée des autres chercheurs. Ce que vous n’entendrez pas lors de ce ciné-concert, ce sont les commentaires explicatifs précisant les lieux, les faits, les observations. Sans sa bande-son, le périple de Tazieff touche à l’abstraction. Quel but poursuit cet homme ? Pourquoi s’obstine-t-il à grimper sur ces inquiétantes montagnes de feu ? Est-il en train d’explorer une autre planète ? Ou bien cherche-t-il la porte d’entrée vers les Enfers ? Ces terres désolées, ces masses gazeuses lovecraftiennes, ces éruptions rougeoyantes et majestueuses pourraient constituer le décor idéal d’un film de science-fiction mystique. Ma musique empruntera ce chemin : un voyage tour à tour tendu, contemplatif, déchaîné ou mélancolique. Et de la même manière que Tazieff préférait sa caméra Bell&Howell 16mm aux caméras professionnelles 35mm prêtées par son producteur, j’ai choisi d’utiliser de vieux instruments analogiques, synthétiseurs et échos à bandes magnétiques qui colorent la matière sonore d’une aura mystérieuse, indéfinie, afin de plonger le spectateur dans un trip visuel et sonore total. »

C’est la musique composée pour ce film qu’Orval Carlos Sibelius interprètera ce soir en compagnie de la claviériste et co-compositrice du projet, Karine Larivet.


☞ Date soutenue par BALADES SONORES - VICE - LA BLOGOTHEQUE - SPIN THE BLACK CIRCLE


Espace B :: 16, rue Barbanègre Paris 19 :: Tél 33 (0) 140 373 029 :: info[at]espaceb.net :: Nous suivre : facebook  twitter  myspace  Suivre la vie du site :: SPIP