Nous suivre : facebook  twitter  myspace  Suivre la vie du site
  S'inscrire à la newsletter  

resto :: club :: concerts :: amour :: expos :: 16, rue Barbanègre Paris 19 - France

Accueil du site > Agenda > Vendredi 20 mai 2016

Vendredi 20 mai 2016

« 20H00 »

Event Facebook : ici

6€ sur en prévente ici 8€ sur place


VIOT

Après une poignée de morceaux dark synthétiques en VF et de concerts chaotiques notamment en première partie d’Étienne Daho, générant sueurs froides et élévation sensuelle, Adrien passe enfin au format long. Suite aux bras de fer entre boîtes à rythmes tendues et claviers suffocants, au talk over chuchoté et à l’imprégnation cinématographique d’un certain genre, le projet drivé par le garçon nyctalope subit une décoloration, rouge aux enluminures. AV n’est plus, voici VIOT : le nom apparaît, le flou devient concret, l’homme ne se cache plus pour chanter. Les mots sont toujours articulés dans le langage de Manset, la voix a pris du coffre, le timbre se dévoile, nu, rien n’est enfumé. Qu’il fricote encore avec le septième art, pour le plaisir de la grande action, qu’il fantasme Astana ou qu’il pointe de l’ongle des ruptures brutales, VIOT livre des textes finement ciselés, grinçants, tournés et retournés dans tous les sens, qui réactualisent "l’écriture à tiroirs", de celle qu’on n’a pas fini d’explorer pour en saisir toutes les subtilités cachées. Ses paroles s’avèrent autant personnelles, pour la dimension autobiographique, que singulières, pour faire allusion au style, enlevé. Réconciliant Death in Vegas, Mark Lanegan et Christophe, l’instrumentation s’est étoffée, le minimalisme électronique a laissé place à l’électricité romantique, aux sonorités brutes, acides, vrombissantes. Quand les triturations (ba)rock embrassent l’expérimentation du verbe, la précision des images, la hargne et l’élégance du phrasé, la musique en ressort forcément grandie. Telle une renaissance.

https://www.facebook.com/adrienviot...

JACKIE PALMER

Jackie Palmer est un chef de meute nouvelle vague du genre féminin à la voix blanche. Son petit côté bonhomme se pare d’une chevelure lisse interminable et d’une mue étrange. Elle a la grâce du chaos, un instinct dévorant, une poésie crue, le raffinement d’un animal indomptable à la crinière bien peignée dans son costume de flanelle. Elle s’appelle Sandra Nicolle. Deux filles habitent son nom et son prénom. Alors comme ça faisait un peu trop, la nature lui a fait don d’une tessiture grave, un grain androgyne d’une douceur enveloppante et naturelle qu’elle harmonise avec sa basse. Tiraillée, ballotée entre une féminité tirée au cordeau et sa fièvre intérieure, elle libère son grain de voix androgyne, une prosodie lascive qu’elle harmonise naturellement avec sa basse sur des rythmes binaires et tranchants. Jackie Palmer est un paradoxe, les mots disent vrai, les sons fabuleux, Jackie Palmer c’est de la cold-wave bi-polaire. Ici tout est composé à la main dans une joyeuse solitude, protectrice, bienfaisante. Cette basse souffle une mélodie charnelle aux odeurs de lichen, les boîtes à rythmes minimales font danser la lune, les guitares léthargiques croisent et embrassent les rayons synthétiques qui diffusent une lumière crépusculaire. Jackie Palmer chante comme elle parle. C’est direct, un rêve qui surgit, une déclaration, une nécessité, c’est l’art brut des mots musicaux jetés sur la peau. Alors elle s’imagine le film et la passion violente de Marc & Louise sur un bateau et elle se répète sans fin qu’ailleurs c’est pareil qu’ici. Au réveil, dans une course épileptique elle ouvre Des portes fermées, blindées, cachées, vitrées ou battantes pour trouver une issue et finalement elle échoue Sur le sable la gorge sèche, les mots ont soif, elle ne peut plus bouger, jette l’éponge et se laisse submerger par la vague d’un rock progressif et choral. Jackie Palmer est une fille de 26 ans qui entendent le vent, porte des manteaux de fou rire, et des souliers d’argent qui s’écaillent. On garde toujours les traces des poèmes qu’on écrivait à 16 ans au lycée de La Rochelle. Souvent elle caresse le souvenir des moments de complicité avec sa mère et ses sœurs assises au bord du lit dans une chambre en Bretagne. Elevée et lovée par une bande de filles, compositrice funambule et sans filtre, électrisée par l’énergie de ses camarades de scène : Vanessa Eldoh (guitare), Johana Wedin (Synthétiseurs), Cléo Bigontina (basse), et Emilie Rambaud (Batterie).

https://www.facebook.com/jackiepalm...


VIOT EN VIDEO

JACKIE PALMER EN VIDEO


Espace B :: 16, rue Barbanègre Paris 19 :: Tél 33 (0) 140 373 029 :: info[at]espaceb.net :: Nous suivre : facebook  twitter  myspace  Suivre la vie du site :: SPIP